La FEF Champions League 2020 aurait du débuter ce 9 avril 2020 à Marguerittes. L’événement semblait programmé pour être une belle fête du futsal, avec les meilleurs clubs européens féminins et masculins présents en même temps. Mais malheureusement, la pandémie que connait actuellement l’ensemble de la planète a obligé le club hôte à reporté au mois d’octobre la compétition.

Petit point avec deux des chevilles ouvrières de l’organisation de l’événement : Marine Magnier et David Dubon du Futsal Marguerittois. Interview croisé.

D.D : On est le 9 avril, date de début initial de la FEF champions League, celle-ci a du être reporté pour cause de COVID-19. Marine, peux-tu nous dire un petit mot sur cet événement ?

M.M : Oui, malheureusement ce matin au lieu d’enfiler mes pantoufles, j’aurai préféré mettre les chaussures de Futsal. Hier soir, nous aurions dû nous rassembler avec l’équipe dans notre hébergement prévu à cet effet. Je ressens un peu de nostalgie, de déception. Maintenant la compétition n’est pas annulée mais reportée (28.10.2020 au 01.11.2020). Cela nous laisse du temps pour nous préparer au mieux et ainsi pouvoir atteindre nos objectifs.

M.M : David, un événement de la sorte demande énormément d’organisation. Comment gères-tu la frustration de ce report ? Finalement, le fait d’avoir plus de temps pour préparer au mieux cet événement n’est pas un mal pour un bien ?

 

D.D : Quand le comité d’organisation a appris le report, ça a été un coup de massue, la digestion a été longue et surtout on ne se rendait pas compte encore que l’on allait subir une crise sanitaire d’une telle ampleur. On était en phase avec notre feuille de route, de nouveaux partenaires s’intéressaient à l’événement, toute la partie logistique quasiment finalisée. Un coup de chapeau à ce comité d’organisation du futsal marguerittois qui fait un boulot monstre avec toujours la même envie.

Après avoir encaissé ce report, nous avons directement contacté les partenaires pour les rassurer et ils nous ont même confirmé leur souhait d’être présent à la nouvelle date. On en profite pour les remercier. Sans le soutien de ces partenaires, l’organisation d’un tel événement est irréalisable. Il faut imaginer 16 équipes qui viennent de toute l’Europe durant 5 jours sur un petit village comme Marguerittes.

Tant qu’on est sur les partenaires, qui sont pour la plupart des entreprises du secteur privée, nous  profitons de cette interview pour les soutenir dans cette crise également économique, et nous espérons qu’elle durera le moins longtemps possible.

Il nous reste encore quelques mois maintenant pour finaliser la compétition qui se déroulera au mois d’octobre. Mais il y a une nouvelle inconnue, la santé financière des clubs, est ce que cette crise va laisser des traces ?

D.D : Cette compétition regroupe entres autres le top du futsal féminin européen AMF, une  visibilité pour le sport féminin ?

 

M.M : Effectivement, il s’agit d’une très bonne visibilité. Nous avons pu le constater l’an passé avec la première édition. Il y a eu un engouement autour de cette compétition. Cela a permis de faire émerger de nouvelles équipes dans notre championnat ou que d’anciennes équipes reviennent.

Le Futsal souffre de son image de sport de pauvre ou de quartier. Grâce à ce genre d’événements, il redore son blason. Depuis l’an passé, nous travaillons avec certains médias, notamment « Le Sport au Féminin », je tiens à remercier Marvin, l’un des rédacteurs, au passage pour sa disponibilité et son envie de mettre en lumière le sport féminin.

La Coupe du Monde AMF à Balaguer a permis de mettre en avant le Futsal Féminin en France. Il y a eu énormément d’engouements avant, pendant et après cette Coupe du Monde.

M.M : En tant que Président du Futsal Marguerittois, quels sont les intérêts d’un tel événement pour son club ? Quelles sont les retombées espérées ?

 

D.D : Les intérêts sont multiples. On souhaite faire découvrir cette discipline à une large population, pas forcément sportive, L’édition 2019 a réuni plus de 2500 personnes sur 4 jours. Marguerittes devient une place forte du futsal européen pendant quelques jours. Ça permet également d’impliquer les membres du club. C’est le principe d’une association, ces membres sont des maillons très importants pour la réussite d’un bel événement.

On souhaite promouvoir également le futsal authentique, originel, qui est en manque de reconnaissance en France. Et pour finir ça permet de mettre en lumière notre petit club, par l’intermédiaire de son équipe féminine vice-championne d’Europe (en espérant qu’un jour l’équipe masculine y soit aussi), ainsi que les bénévoles qui officient tout au long de la compétition, de la buvette en passant par l’intendance des équipes ou bien du speaker et bien d’autres. Le club en ressort encore plus soudé, grandi, après chaque événement.

Qu’est ce qu on peut se souhaiter ?

 

M.M : Je souhaite au FM de se développer de plus en plus, que ce soit dans les catégories femmes, hommes et les jeunes du futsal académie 30. Je souhaite que le club se pérennise au niveau du nombre de licenciés et que nous continuons d’avancer dans la même direction que celle que nous faisons à chaque fois. Le Futsal Marguerittois est un club ambitieux mais reste néanmoins un club familial. C’est tout à fait ce que je recherchais en tant que joueuse. Je nous souhaite de la réussite, du plaisir, et de la gagne !

D.D : De pouvoir recommencer à vivre normalement au plus vite pour les particuliers et les professionnels, même si rien ne sera plus jamais comme avant. Une pensée aux personnes touchées de près ou de loin par ce virus. Que la FEF champions League 2020 soit une réussite. Que les féminines du club puissent rivaliser avec les grandes équipes européennes. Et surtout on souhaite à tout le monde d’être en bonne santé.
  •   
  •   
  •