rencontre-avec-futsal-aff

RENCONTRE AVEC …

Dans sa lignée d’innovation, Rencontre Avec reste au féminin. Trois nouvelles et dynamiques femmes du championnat Occitanie Est ont été interrogées. Intéressées depuis le début par le futsal féminin, Marine, Anaïs et Nora sont à l’honneur et se livrent à nous.

Marine Magnier, l’âme d’une leadeuse

Rencontre Avec (RA) : Comment as-tu connu le futsal et comment en es-tu arrivée ici ? Peux-tu nous parler de ton parcours te menant jusqu’à Vauvert.

Marine Magnier (MM) : J’ai connu le Futsal en 2012 avec ma Fac (Calais, Pas de Calais). Nous nous sommes qualifiées pour les championnats de France universitaire. Une fois sur place, les sélectionneurs de l’équipe de France universitaire étaient présents. J’ai eu la chance d’être retenue pour participer à la Coupe du monde de Futsal universitaire à Braga (Portugal). Entre temps, la faculté de Rouen (championne de France) participait aux championnats d’Europe universitaire de Futsal à Córdoba (Espagne). J’ai pu disputer cette compétition avec eux. Malheureusement une première blessure est venue stopper tout cela…
Quand je suis arrivée dans le Sud, j’ai cherché une équipe de Futsal. J’ai commencé avec le MMF la saison dernière en faisant quelques entraînements.
Julien Nepoty m’a ensuite présenté le projet de Vauvert, et comme ma coéquipière en sélection, Marina Bouquet y était, je l’ai rejointe.

RA : Vous êtes à la 3e place en championnat et vous ne pourrez pas rattraper les équipes devant. Vous ne disputerez pas les finales nationales.  Quels étaient les objectifs en début de saison, quels sont vos ressentis après cette saison ?

MM : Je suis une compétitrice, donc forcément je suis déçue. Je pense qu’on avait mieux à faire que cette 3ème place mais plusieurs facteurs ont remis nos performances et résultats en doute. Maintenant, nous avons démarré avec un groupe assez hétérogène mais sur certaines rencontres nous n’avons pas à rougir de nos prestations. Je ne visais pas forcément la première place, mais j’aurais au moins aimé accrocher la deuxième.
Maintenant, il faut continuer à travailler et pourquoi pas vers d’autres horizons pour ma part… à voir !

« Je suis une compétitrice »

RA : Tu as participé à la coupe du monde après une longue blessure et tu es de nouveau sélectionnée pour les rencontres contre la Catalogne . Que retiens-tu de ton combat pour revenir ? Et comment perçois-tu ces sélections ?

MM : Le jour de ma blessure le premier mot qui m’est venu à la bouche est : Futsal !
Je devais participer aux 2 rencontres amicales dans le nord de la France face à la Belgique (2017), mais avec cette deuxième grosse blessure (luxation fracture cheville péroné) je n’ai pas pu. J’ai axé ma rééducation avec l’objectif Coupe du monde en tête. Je me suis blessée fin Avril – début mai 2017 et la compétition était fin Novembre. Je pense que le mental a joué énormément. J’ai également été très bien entourée de part mes ami(e)s, ma famille, mon kiné mais surtout mon préparateur physique. Je pense que sans lui, je ne serai pas là où je suis aujourd’hui !
Ces sélections je les perçois comme une réussite, un objectif atteint. Quand je vois la gravité de ma blessure et là où j’en suis aujourd’hui c’est un sentiment de fierté personnelle. Mais attention, il reste encore beaucoup de travail. La Coupe du monde c’est une réelle expérience autant sportive qu’humaine. Nous avons prouvé à plusieurs nations que nous avions largement notre place lors des compétitions internationales. J’espère pouvoir disputer la prochaine. Je suis fière de pouvoir continuer l’aventure avec ce groupe, il y a un réel potentiel…

Anaïs Montet, buteuse du futsal Marguerittois

Rencontre Avec (RA) : Comment as-tu connu le futsal et comment en es-tu arrivée ici ? Peux-tu nous parler de ton parcours et de l’ambiance qui règne au Futsal Marguerittois.

AM : J’ai connu et commencé le futsal avec la sélection nationale de la Gendarmerie en 2016. Ce sport m’a plu et quand une équipe s’est créée à Marguerittes, j’ai sauté sur l’occasion ! Avec la Gendarmerie, j’ai participé à plusieurs compétitions à l’étranger. En 2016, on termine à la 1ère place au Championnat du monde des forces de Police à Majorque et à la 3ème place à Eibergen (Pays-Bas). En 2017, on termine à la 2nde place à Majorque. Le Futsal Marguerittois est un club qui fête ses 10 ans cette année, mais seules les équipes de garçons étaient engagées dans des championnats. Pour nous les féminines, c’est notre première saison. L’ambiance au sein du club est bonne, les garçons nous ont bien intégrées ! C’est un club convivial, familial, et notre président s’occupe bien du club et de ses équipes !

RA : Il reste une journée de championnat avec 2 matchs. Vous êtes actuellement 2e, proches du leader montpelliérain et pouvez remporter le titre. Quels étaient les objectifs en début de saison, et qu’attendez-vous de cette dernière journée ?

AM : En début de saison, l’objectif était de se faire plaisir avant tout. Dans l’équipe, les filles se connaissent depuis quelques années déjà, nous avons quasiment toutes joué au football ensembles en club à Nîmes métropole. Sauf que la compétition a pris le dessus et nos objectifs ont évolué. On attend beaucoup de cette dernière journée (lundi 9 avril, ndlr), surtout après nos deux victoires lors de la dernière journée à Montpellier. Deux victoires importantes qui nous donnent la possibilité de finir 1ères de cette poule. On espère remporter ces deux dernières rencontres, ce qui serait une récompense pour tout le travail fourni depuis le début de la saison.

« On espère remporter ces deux dernières rencontres »

RA : Tu es actuellement meilleure buteuse du championnat et tu n’as pas été sélectionnée après la détection pour les rencontres contre la Catalogne . Quels ont été tes sentiments après la liste ? Que dois-tu améliorer pour y être ?

AM : Pour l’instant, on a la meilleure défense et la meilleure attaque de la poule Occitanie Est, c’est que l’équipe travaille bien. C’est un collectif, on prend du plaisir à jouer ensembles, puis ça fait toujours plaisir d’être meilleure buteuse, c’est un plus. Quand la liste est tombée après la détection, j’ai forcément été déçue de ne pas faire partie de la sélection, ça aurait pu être une belle expérience pour moi. Je suis une compétitrice et je continuerai à travailler afin de pouvoir un jour peut-être faire partie de l’équipe.

Nora Hamou, l’expérience au féminin

Rencontre Avec (RA) : Comment as-tu connu le futsal et comment en es-tu arrivée ici ? Peux-tu nous parler de ton parcours.

Nora Hamou (NH) : Mon aventure du futsal a commencé avec mon ancien coach. Loïc Manach de l’ASPTT (Club de football à Montpellier) avait reçu un mail pour une détection de futsal pour l’équipe de France. Cette détection était gérée par des personnes du comité Gard Futsal. Elle avait eu lieu à Lédignan dans le Gard. L’histoire a commencé comme ça. J’ai participé à cette détection et j’ai beaucoup aimé ce jeu. Par cette sélection, j’ai eu la chance d’être sélectionnée en équipe de France.
Avant le futsal, j’étais professionnelle à Montpellier Hérault (12 ans). Pendant ces années, j’ai gagné 2 coupes de France et 1 championnat de France. Delà, j’ai signé à Nîmes pendant 3 ans. J’ai passé 2 années en D2 et une en D1. Puis je suis partie à l’ASPTT en division d’honneur. Et c’est cette saison que je me suis mise au futsal au club de Montpellier MF.

RA : Il reste une journée de championnat avec 2 matchs. Vous êtes leader et pouvez remporter le titre. Quels sont les attentes, et comment allez-vous aborder cette dernière journée ?

NH : Nos attentes sont toujours les mêmes depuis le début de la saison. C’est à dire de faire les meilleurs résultats possibles. Nous souhaitons gagner contres des adversaires de qualité, surtout que l’on reste sur une défaite contre Marguerittes. Il faudra travailler et ne pas reproduire les mêmes erreurs de la dernière journée. Nous sommes premières au classement avant la dernière journée demain capitale et nous l’abordons avec confiance et sans pression, et on espère faire un bon résultat.

« c’est cette saison que je me suis mise au futsal »

RA : Tu as participé à la dernière coupe du monde et tu as été de nouveau sélectionnée pour les rencontres contre la Catalogne. Quels souvenirs as-tu de ta dernière participation et qu’attendais-tu de la double confrontation ?

NH : Cela a été une grande fierté que de participer à la coupe du monde. Et aussi une nouvelle expérience que je n’avais pas encore eu l’occasion de vivre. Un nouveau challenge que j’ai été contente de relever.
Pour une première participation à une compétition majeure dans une équipe fraichement créée, j’étais fière de faire partie de l’aventure. Le futsal féminin commence à vraiment se développer et je suis contente d’avoir participé à ce mondial.
Mon meilleur souvenir a été de chanter la Marseillaise, un moment très fort pour moi.
La double confrontation a été une nouvelle occasion de porter le maillot bleu. J’ai été une fois de plus heureuse à participer aux rencontres. L’équipe est toujours en construction, et cette double confrontation a été l’occasion pour le staff de faire une revue d’effectif. J’espère avoir été à la hauteur pour assurer ma place dans l’équipe et à en devenir une cadre.

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *