rencontre-avec-futsal-aff

RENCONTRE AVEC …

Rencontre Avec innove. Rencontre Avec passe au féminin. Trois dynamiques femmes ont été intérogées.  Récemment arrivées dans nos championnats, Christelle, Nora et Dominique rythment notre championnat Occitanie Ouest et se livrent à nous.

Christelle Alves, joueuse et dynamique responsable de Sigean Futsal

Rencontre (RA) : Pouvez-vous nous parler de l’association Sigean Arts et Sports et de la place du futsal ? Et de l’ambiance qui règne dans votre groupe.

Christelle Alves (CA) : Le SAS Sigean Arts et Sports est une association qui fête ses 20 ans cette année. Elle comprend 6 disciplines que sont le Basket, Volley, Hand, Zumba, Country et le Futsal, et compte 380 adhérents.
La section Futsal existe depuis 10 ans et rassemble 45 adhérents, allant des petits aux vétérans.
La section féminine a vu le jour en 2014, avec pour objectif premier de le pratiquer en loisir, mais non sans volonté de vouloir intégrer un championnat. C’est pourquoi participer à une compétition a été une opportunité. Les dirigeants du SAS ont tout de suite approuvé notre engagement avec enthousiasme.
Notre groupe est formé en partie de joueuses pratiquant le football en club et d’anciennes joueuses. Mais aussi de nouvelles initiées. L’engouement pour ce sport au niveau compétitif est collectif, la cohésion au sein du groupe est de rigueur ou l’ambiance se doit d’être avant tout conviviale et chaleureuse.

RA : Le club de SAS Sigean est très dynamique pour le développement du futsal, d’où vous est venue cette passion ?

CA : Effectivement, nous avons tout de suite approuvé votre projet de développer le futsal féminin AFF, et désirons contribuer à son évolution. La section Futsal au sein du SAS est née d’une volonté de la part d’anciennes joueuses, dont je fais partie, s’accordant à penser que cette discipline est une bonne alternative au football. Je tiens également à citer les noms de Mmes Lindner, sœurs de nationalité Néerlandaise, qui sont également à l’origine de cette dynamique, pour qui le futsal est un sport à part entière puisque déjà très développé dans leur pays.

« L’engouement pour ce sport au niveau compétitif est collectif »

RA : Sur le plan sportif, vous n’arrivez pas à battre Bruguières, pensez-vous y arriver cette année ? Quels sont les objectifs (individuels et collectifs) à long terme ?

CA : Face à cette équipe solide qui pratique le futsal en compétition depuis plusieurs années, il nous sera difficile de les gagner, mais nous persévérons et espérons au moins les maintenir prochainement à un score nul.
Le futsal requiert des qualités techniques et physiques que chacune devra acquérir. Et travailler davantage sur le plan tactique, ce qui demande un plein investissement de la part des joueuses, ainsi qu’un encadrement compétent spécialisé en futsal.
Notre objectif est évidemment de pratiquer un futsal AFF de qualité, et pouvoir élargir au sein du groupe le nombre de joueuses désirant s’y consacrer.

Nora Mokhtari, pilier de Villeneuve Futsal

Rencontre Avec (RA) : Pouvez-vous nous parler de la section féminine de Villeneuve ? Création, projet/ambition, ambiance.

Nora Mokthari (NM) : La section féminine est née d’un projet purement personnel. J’ai toujours été passionnée par le sport en général, et le foot en particulier. Je suis quelqu’un d’entreprenant et qui aime les challenges. Je souhaitais me lancer un défi sportif, mais aussi humain. Aussi, je me suis lancée dans le challenge de monter une équipe de futsal féminine. J’ai été joueuse de foot à 11 un court moment, d’abord en France puis en Angleterre. Ensuite j’ai fréquenté un peu les clubs futsal à Toulouse. Forte de ces expériences, j’ai pensé que c’était le bon moment pour passer à l’étape supérieure : être plus qu’une joueuse, mais un acteur de la promotion du futsal féminin en créant une nouvelle équipe.

Ça n’a pas été de tout repos car je partais de zéro. Tout était à faire. À force de passion et d’énergie, l’équipe féminine de Villeneuve a vu le jour à la saison 2016/2017. Dans un premier temps mon objectif était de créer un groupe de filles motivées avec des valeurs communes. Il a fallu trouver les filles, leur faire découvrir le futsal, leur en expliquer les spécificités… Mais le plus grand challenge a été de faire de ces individualités, aussi différentes les unes que les autres, un vrai groupe. Construire une cohésion et un esprit avec des valeurs communes. Leur donner l’envie de vouloir travailler vers des objectifs communs.

Le deuxième gros challenge était de faire de ces filles, des joueuses de futsal.
En effet, la 1ere année, sur un effectif de 12 filles, 9 étaient totalement débutantes et n’avaient jamais joué au
futsal, ni même au foot. Aussi, je savais que la 1ere année allait être décisive…soit la sauce prenait, soit
elle ne prenait pas. Fort heureusement, la quasi totalité du groupe s’est réengagée pour la saison 2017/2018. Voilà donc où nous en sommes…engagées au bout de la 2eme saison dans le championnat AFF Occitanie.

Aujourd’hui nous sommes un groupe solidaire, déterminé et nous tendons vers des objectifs et des valeurs communs. L’ambiance est détendue, respectueuse et studieuse. Notre ambition est de devenir de plus en plus compétitive. Nous sommes une équipe en devenir. Nous prenons du plaisir à nous retrouver. Nous participons régulièrement à des événements ou tournois afin de consolider les liens et afin de ne pas oublier que l’objectif premier est de se faire plaisir. Nous privilégions aussi la vie en dehors des parquets. Tout cela contribue à mieux solidifier l’esprit de cohésion. Je ne regrette ni le temps ni l’énergie passé lorsque je vois le groupe que nous sommes devenus. Des filles battantes, qui ne baissent pas les bras devant l’adversité, et qui défendent et portent joliment les valeurs du sport féminin, et du sport en général : le travail, la passion, la conviction, le respect, le fair-play et le plaisir.

RA : Vous avez crée la section futsal à Villeneuve, comment vous est venue cette passion ? Et que pensez-vous de cette discipline en France ?

NM : La passion du foot m’a été transmise par mon papa qui était joueur, puis entraîneur pendant des années au club de l’ASPCR de Portet/Garonne. Il était très impliqué dans la vie de ce club. J’étais donc très tôt, dès l’âge de 6 ou 7 ans sur les terrains tous les mercredis et tous les week-ends. Tout naturellement j’ai développé l’amour pour le ballon rond. Ça n’est que bien plus tard, vers 17/18 ans que j’ai intégré, brièvement cependant,l’équipe féminine de l’ASPCR de Portet. Plus tard, de retour de mes études en Angleterre, je me suis rapproché des clubs futsal.
Je pense que cette discipline est très très méconnue des gens, et trop peu développée chez les filles. Les difficultés que j’ai rencontrées pour réunir des filles au début de mon projet est très révélateur. Le fait également qu’ il n existe pas (plus) de championnat en haute Garonne en dit long aussi sur la situation. C’est d ailleurs pour cela que j’ai décidé de contribuer à développer ce sport.

« Notre ambition est de devenir de plus en plus compétitive »

RA : Côté sportif, vous n’avez pas encore réussi gagner mais ça se rapproche. La prochaine journée est dans un mois et à domicile. Idéal pour remporter une première victoire ? Quels vont être les mots utilisés pour motiver les filles ?

NM : Côté sportif, effectivement d’un point de vue purement mathématique et extérieur, les résultats cette année ne sont pas vraiment en notre faveur. Et pourtant, certains sont extrêmement positifs. En effet, nous n’avons eu de cesse de progresser, et la courbe de progression est assez spectaculaire si l’on regarde d’où nous partons. De semaine en semaine des choses se mettent tranquillement en place (prenez par exemple les 3 derniers matchs contre Sigean en championnat 7/1 puis 2/0 puis 0/0).

Avec 1 entraînement par semaine, croyez moi c’est assez incroyable). Par ailleurs, dès nos premiers mois d’existence l’an passé, nous avons fait des résultats très encourageants dans le championnat dans lesquelles nous étions engagées : nous battions très régulièrement le Métropole Futsal, Fontenilles, UJS. Nous avions fini 2eme du championnat derrière Bruguières. Contre Bruguières nous avions perdu sur le fil 3 à 2, à l’aller et au retour. Nous les avions même battues 3 à 1 lors d’une rencontre amicale chez nous. Nous aussi avons la culture de la gagne ;)).

Dernièrement, nous avons invité le Métropole et nous avons gagné 6 à 4. Je vous indique ces résultats simplement pour montrer à quel point nous avons progressé en très peu de temps. Nous avons encore énormément de progrès à faire évidemment. Nous sommes très lucides. Néanmoins, nous jouons avec des débutantes contre des équipes très expérimentées, en place depuis de très nombreuses années et qui comptent parmi elle de très bons éléments. Pourtant nous sommes loin d’être ridicules. Ceci montre à quel point nous travaillons et l’envie de progresser qui nous anime toutes.

La prochaine journée à la maison sera effectivement l’occasion de gagner notre 1er match de championnat cette année. Nous passons tout près contre Sigean samedi dernier. Nous avons bon espoir de faire un bon résultat contre elles, portées en plus par notre public. Nos matchs à domicile nous ont assez bien réussies en général même si évidemment il s’agira de produire du beau futsal contre 2 belles équipes.

Comme à chaque fois, je demanderai à mes filles d’aborder les rencontres totalement décomplexées, de ne pas se mettre de pression parce que nous jouons des équipes beaucoup plus expérimentées. Mais plutôt de se rappeler des bonnes choses que nous avons déjà accompli, de leurs qualités et leur dire qu’on sait gagner, et qu’on a déjà gagné. Elles savent très bien, pour leur tenir ce discours depuis le début, qu’il faudra être disciplinées, respecter les schémas tactiques, se faire mal pour l’équipe…sans oublier l’objectif premier : SE FAIRE PLAISIR 😉

Dominique Geminiano, joueuse et représentante du SC Bruguières

Rencontre Avec (RA) : Pouvez-vous nous parler de la section féminine ? Création, projet/ambition, ambiance.

Dominique Geminiano (DG) : Cela fait 5 ans que nous avons intégré la section futsal de Bruguières avec une petite dizaine de joueuses. Pour ma part et comme la plupart des joueuses, nous jouions encore à 11 en double licence, mais rapidement on s’est pris au jeu, avec un club qui nous a transmis les fondamentaux du futsal, des installations avec des créneaux intéressants et un soutien à toute épreuve !
Aujourd’hui, nous avons un effectif composé d’anciennes joueuses de 11 qui se connaissent de près ou de loin depuis l’âge des 1ère sélections en U13 ou U16. Au fil des saisons, l’effectif s’est étoffé avec des filles plus ou moins expérimentées portant le nombres à 17 licenciés. C’est vraiment une équipe saine où l’état d’esprit prime sur les individualités de chacune !

Cette année, nous sommes heureuses d’avoir intégré votre compétition, car même si notre groupe est composé de joueuses fiables et sérieuses, la compétition et les nouveaux challenges manquaient à notre équipe !

RA : Sur le plan sportif, vous réalisez un championnat parfait, pensez-vous aux finales nationales et au titre de champion de France ? Quels sont les objectifs (individuels et collectifs) pour le reste de la saison ?

DG : Parfait, parfait, pas tout à fait….(lol) On peut toujours faire mieux, en encaissant 0 but et en arrêtant de vendanger devant les buts ;-).
Maintenant que nous sommes assurées de participer aux phases finales, bien sûr qu’on y pense ! Ça sera tout nouveau pour nous, et on a vraiment hâte d’y être. C’est toujours très enrichissant de découvrir comment ça se passe ailleurs. Alors on va se préparer au mieux et puis notre coach n’a pas l’intention d’y faire de la figuration ! Sur le plan personnel, je prends ça comme un bonus pour continuer à apprendre le futsal, à progresser et à se faire plaisir ensemble.

« On peut toujours faire mieux »

RA : L’équipe de France AMF jouera une rencontre amicale dans 2 semaines et vous avez été sélectionnée avec 3 filles de votre équipe. Auels sont vos sentiments et vos motivations ?

Cette sélection est une source de dynamique pour l’équipe. Avec 4 joueuses sélectionnées c’est le travail de tout un club qui est récompensé. Je pense en particulier, à notre coach Nicolas MARTINEZ qui nous enseigne (et nous rabâche!) chaque semaine, les blocs, les diagonales, les combinaisons etc… Il peut être fier de lui et on le remercie pour son travail et sa patience !
Nous arrivons dans un groupe France qui a réalisé un bon parcours au dernier championnat du monde. C’est un nouveau défi qui s’offre à nous, où il va falloir très vite s’adapter car nous jouons contre la Catalogne le soir même de notre arrivée et un second match le lendemain.

Les délais sont courts mais nous sommes prêtes à montrer ce qu’on sait faire, en espérant apporter un petit plus à cette sélection.On a conscience que c’est que le début de l’aventure, on a nos preuves à faire et il ne faudra pas passer à côté de cette belle opportunité.

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *