rencontre-avec-futsal-aff

RENCONTRE AVEC …

Tout au long de l’année « Rencontre avec » ira  s’intéresser aux personnes qui rythment nos championnats. En ce mois de décembre, « Rencontre avec » fait ses débuts avec 3 joueurs dans les championnats du Gard – BDR.

Nicolas Gonzalez, joueur et buteur d’Apéro Futsal répond à nos questions.

Nicolas Gonzalez apéro futsalRencontre Avec (RA) : Tu as arrêté le football pour le futsal, pouvez-vous nous en donner les raisons ?

Nicolas Gonzalez (NG) : Je me suis mis au futsal pour éviter les soucis des grands terrains. Je sais que l’AFC est une très belle équipe dont je connais la plupart des joueurs. J’ai donc voulu essayer et je m’y plais.

RA : Quels ont été les objectifs donnés à l’équipe pour votre début au futsal ?

NG : L’objectif principal de la saison est de finir dans les deux premières places pour intégrer la poule élite. On est une nouvelle équipe mais on sait qu’on peut le faire.

RA : Tu es aujourd’hui à 11 buts en championnat, quel est ton objectif personnel ?

NG : Oui, 11 buts en 4 matchs, je pense avoir fait une belle performance, mais la saison n’est pas finie et je compte bien mettre les bouchés doubles dans la deuxième partie de saison.  Atteindre une vingtaine de buts est mon objectif.

RA : Que ressentez-vous lorsque vous jouez à domicile devant plus de 80 personnes ?

NG : C’est assez exceptionnel d’avoir presque 80 personnes qui nous accompagnent pour les matchs à domicile, C’est une motivation supplémentaire que de jouer devant autant de personnes et avec l’équipe on essaye de faire au mieux pour satisfaire notre public.

RA :Vous avez éliminé AMY futsal en coupe de France et êtes qualifiés pour les 8e, ou pensez-vous que vous pouvez aller ?

NG : On a battu une très belle équipe au premier tour mais le chemin est encore loin. C’est notre première année et aller jusqu’en demi-finale serait une belle performance.

RA : Si une sélection Bouches-Du-Rhône venait à voir le jour, aimerais-tu y être ? Penses-tu avoir le niveau ?

NG : Si une sélection Bouches-Du-Rhône venait à se mettre en place, pourquoi ne pas tenter ma chance ? Je ne veux pas paraître prétentieux, mais je sais que je fais un bon début de saison , j’ai vite pris mes repères en gymnase, même si je suis la nouvelle recrue de l’équipe.  Mes coéquipiers sont fiers de moi et avec de l’entraînement oui je pense avoir le niveau.

 

Rémy Sisaro, président et joueur de Lambesc joue aussi le jeu et nous répond.

Rencontre Avec (RRémySisaro Lambesc futsalA) : Après un joli championnat départemental et une participation à la KLF l’an dernier, pouvez-nous nous parler des objectifs de Lambesc cette année ?

Rémy Sisaro (RS) : Après un podium l’année dernière en championnat élite, on se fixe pour objectif cette année de sortir de la poule Bouche du Rhône afin de rejoindre la poule Élite. Ce qui s’inscrit dans notre logique de progression. Par contre pas de participation en KLF pour nous malheureusement, dans un soucis de gestion du temps et des organismes… Le championnat et les deux coupes monopolisent déjà un temps important, et nous préférons nous investir pleinement dans chacune des compétitions, plutôt que d’en négliger une.

RA : Vous participez à la Coupe de France, qu’attendez-vous d’elle ?

RS : Nous sommes inscrits sur les deux coupes, au sein desquelles nous visons le dernier carré d’une d’entre elle, et pourquoi pas la victoire finale. En ce qui concerne la Coupe de France, on va essayer d’aller le plus loin possible bien entendu même si ce n’est pas notre objectif premier. On a cette volonté de voir autre chose. Et si possible, affronter une équipe du nord pour le challenge et connaître une motivation supplémentaire, en représentant notre équipe au niveau national.

RA : Vous avez battu Apéro Futsal dimanche dernier dans leur gymnase devant leur public, êtes-vous serein pour la suite ?

RS : Ce fut un beau match, l’équipe a su répondre présent autant sur le plan technique et tactique que physique. On est en tout cas très fier de notre début de saison (invaincu pour le moment toute compétition confondue). On essaie de dégager une certaine sérénité, sans pour autant tomber dans l’excès de confiance. Car on sait que tout peut aller très vite dans le futsal, et quelques pépins physiques peuvent vite ternir une saison.
Mais en tout modestie, on sait d’où nous venons et la force de notre groupe réside justement dans le fait que nous ne nous fixons pas forcément de limite. Même si l’objectif numéro 1 est bien évidement de finir dans les deux premiers de la poule Bouches du Rhône.

Alexandre Carnemolla, joueur et président d’AMY s’est aussi livré à nous.

Alexandre Carnemolla AMY futsal

Rencontre Avec (RA) : AMY est un nouveau club cette année affilié en AFF, peux-tu me dire d’ou vous venez et si vous avez déjà pratiqué le futsal.

Alexandre Carnemolla (AC) : En effet, AMY est un nouveau club affilié cette année en AFF dont je suis le président. Avant toute chose, notre équipe de 11 collègues est ravie de participer au championnat dans lequel règne une très bonne ambiance et également un niveau élevé de jeu ou tout le monde se régale. Nous venons tous de villages autour de Nîmes et nous nous connaissons, pour la plupart, depuis de nombreuses années, du foot à 11 ou du futsal.Trois d’entre nous, Xavier, Nicolas et moi avons pratiqué pendant 3 ans, du temps de l’UNCFS le futsal. Nous faisions parti de l’équipe Les Collègues et avions bien défendu nos couleurs pendant 3 ans. C’est d’ailleurs la nostalgie de ces belles années qui m’a poussé à créer ma propre équipe. Après discussion avec les autres équipes ainsi que mes partenaires, nous prenons beaucoup plus de plaisir que dans le foot à 11, où la mentalité est bien différente. Je profite également d’avoir la parole pour souhaiter la bienvenue à notre nouvelle recrue Giovanni, qui pourra participer au championnat dès la reprise de janvier. Pour cette année, notre effectif sera de 12 joueurs.

RA : Nous sommes beaucoup à vouloir connaître la signification de votre nom « AMY », que signifie-t-il ?

AC : Haha, c’est vrai que nous avons pu constater que le nom particulier de notre équipe suscite pas mal d’interrogations auprès de nos adversaires. En fait, je vais rapidement vous raconter l’histoire de AMY : m’étant intéressé de loin durant mes premières années de futsal au suivi et à l’organisation et la création d’une équipe, j’ai pu m’apercevoir que cela demandait du temps et de l’investissement. Une fois l’idée validée dans ma tête, j’ai demandé à mes 2 meilleurs amis Yoan et Maxime si ils souhaitaient m’accompagner dans cette aventure. Sans hésitation, l’association s’est créée. Un soir d’été, nous nous étions retrouvés autour d’un barbecue et un petit apéro pour choisir nos tenues et trouver le nom de notre équipe afin de compléter le formulaire d’inscription. Nous n’étions pas très inspirés et après quelques verres, Yoan à lancé l’idée de AMY pour Alex – Maxime – Yoan et nous avons adopté l’idée. Bien sûr il fallait rajouter quelque chose derrière et naturellement nous avons pensé à Futsal. Le nom fait aussi allusion au mot ami comme pour rappeler le fondement de la création de notre équipe, l’amitié avant tout !

RA : A l’heure d’aujourd’hui, vous êtes 4e dans votre championnat, pensez-vous que la 2e place est jouable ? Quel est votre objectif sur les matchs retours ?

AC : Aujourd’hui, étant donné le niveau de notre poule et des adversaires, nous pensons être à notre place, très objectivement. Ne connaissant pas les autres équipes, lors des publications des poules, nous étions un peu dans le flou. Notre seule certitude était d’être inférieur, sans discussion possible à Vauvert-St Gilles, car nous les connaissions grâce à leurs très bons résultats et leurs années d’expérience dans le futsal.
Au fur et à mesure des matchs, nous avons dégagé 2 « groupes » dans notre poule. Vauvert-St Gilles, Remoulins et Blues OSL qui vont se battre pour les 3 premières places, et Petit Foyer, Marguerittes et nous pour les 3 autres places. Les matchs allers nous laissent bon espoir de finir 4e.
Honnêtement, c’est notre objectif durant cette 1e phase. Suivant le calendrier, nous allons jouer, pour les 2 prochains matchs, contre Lédignan et Marguerites. En allant chercher 2 victoires contre ces équipes, qui sont de niveau égal au nôtre, comme pour les matchs allers, nous assurerions normalement la 4e place. A partir de là, les 3 derniers matchs seraient « bonus », à jouer sans pression. Une surprise serait alors possible et nous pourrions accrocher peut-être la 3e place.
Donc pour répondre à la question, la 2e place pour moi, n’est pas jouable. Notre objectif est de faire mieux que la phase aller. Si ce n’est pas en nombre de victoire, ce sera au moins en terme de score plus serré.Ce qui est encourageant, c’est qu’on a l’impression de progresser à tous les matchs. C’est ça qui est bien quand on joue contre des adversaires supérieurs et plus expérimentés, on apprend : que ce soit dans les déplacements, la vitesse de jeu, le placement sur le terrain…

RA : Vous venez d’être éliminé en coupe de France par Apéro, quel est votre sentiment après cette défaite ?

AC : Avant de livrer mon sentiment, je tiens sincèrement à féliciter l’équipe APERO FUTSAL pour leur qualif, et également un grand merci pour leur accueil et la petite bière d’après match. Si nous n’avions pas plus d’une heure de route pour rentrer, nous aurions avec plaisir prolongé ces discussions d’après match.
Ensuite, pour parler du match et de notre défaite, nous avons un peu goût amer malgré la belle prestation que nous avons livrée. En effet, cette équipe, qui débute, comme nous, est une belle équipe et nos niveaux sont assez proches je pense.
Malheureusement pour nous, nous n’étions que 5 et c’est physiquement que nous avons perdu le match malgré 40 minutes durant lesquelles nous sommes restés au contact, revenant même à 4-3. Mais le dernier quart d’heure nous a été fatal. Coup de chapeau aussi à Yoan (le gardien : ndlr) qui en a sorti un paquet en fin de match quand nous n’arrivions plus à faire les efforts défensifs !
J’aurai bien aimé voir ce match avec deux ou trois joueurs de plus de notre côté, je pense que le match aurait été encore plus accroché et nous aurions, qui sait, peut-être pu remporter le match.
Cependant, comme tous les matchs que nous jouons depuis le début, nous prenons du plaisir, on s’accroche, et on gagne petit à petit en expérience. Je pense qu’en début de saison, à 5 là-bas nous aurions pris une valise. Dommage pour cette année, mais je pense qu’on ne se croisera plus car ils ont une équipe pour finir dans les 2 premiers d’après moi.

RA : Et que pensez-vous du public d’Apéro ?

AC : Jouer chez Apero, c’est génial ! Vous avez des dizaines de personnes, qui sont là avant les joueurs, prêt à rentrer sur le terrain pour s’installer en tribune et avoir leur place au bord du terrain. Ces tribunes étant collées au terrain, cela pourrait, en arrivant donner un sentiment négatif ou d’appréhension. Mais les supporters, très fair-play, à l’image de leur équipe, ne sont pas du tout agressifs, ou dérangeant pour le jeu. Au contraire, on peut entendre lors de beaux buts ou gestes techniques, quelques encouragements même, alors que nous sommes adversaires. En plus, le créneau du dimanche soir favorise une certaine affluence. A cette heure-ci les gens n’ont pas forcément d’obligation et sont plus aptes à se rendre au gymnase.
Nos quelques supportrices également présentes ce jour-là (il faut en profiter on en a pas toutes les semaines) ont eu exactement le même ressenti que nous, que ce soit pour l’ambiance général ou pour le jeu. Rien de comparable aux quelques expériences de foot à 11 qu’elles avaient eu.  Pour terminer, je dirais qu’aucun d’entre nous ne regrette notre engagement dans ce championnat, et on risque d’y rester un bon moment ! Toutes les équipes jouent bien le jeu, l’état d’esprit très positif favorise les bonnes relations, que ça dure !

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *