eurofutsal-J1-france-russie

Eurofutsal : la France rate son entrée !

Battue 4-0 par la Russie qui évoluait devant son public, la France rate son entrée en lice dans la XXème édition du Championnat d’Europe UEFS de Futsal. Si la frustration règne au sein du groupe tricolore, elle devra vite être évacuée, car dès demain il faut enchainer face la Norvège, pour une opposition décisive.

eurofutsal-J1-france-russie

Russie – France : 4-0 (1-0)

Attendue après une cérémonie d’ouverture somptueuse ayant entraîné un peu de retard, l’affiche entre la Russie et la France a offert un beau spectacle. Après les deux premières rencontres du jour, très serrée, qui ont vu la victoire de la République Tchèque contre l’Italie et de la Biélorussie face au Kazakshtan, le match de l’Equipe de France ne déroge pas à la règle. En effet, pendant de longues minutes, les bleus rivalisent avec un bloc bas et homogène, et une certaine patience en attaque. Plus dangereux, les russes font passer un frisson dans la salle, prête à exulter, mais Granjon et son équipe tiennent le choc. Il faut un corner vite joué au premier poteau, pour voir les moscovites ouvrir logiquement la marque, d’une volée croisée, imparable (1-0). Rien de grave pour la troupe du duo Ouanane-Cariat, qui continue de développer son jeu. A quatre minutes du terme, la France manque même d’égaliser, sur une belle frappe de Benmohamed, qui s’écrase sur l’arrête adverse, dommage. Surtout que le score ne bougera plus jusqu’à la pause (1-0).

Conscients qu’il y un coup à jouer, les français, retrouvent avec envie le très beau parquet de l’Arena de Yegoriesk. Pendant dix minutes, les débats sont ouverts et les espaces se créent. Moins fluides, moins concentrés, les tricolores commettent trop d’erreur et vont finir par se faire sanctionner en contre, avec un décalage d’école au second poteau (2-0). Les partenaires de Dahmani gardent tout de même espoir, un match peut vite tourner. D’ailleurs, Greco dans un angle fermé, puis Affitou, obligent le portier local à rester concentré jusqu’au bout. Malheureusement, sur une longue relance au pied, l’imposant pivot russe décale Shmonin en retrait, le break est fait (3-0). En trois minutes, la France casse ce qu’elle avait mis tant d’efforts à bâtir, dommage. Pire, sur un énième ballon perdu en phase offensive, Alcaraz est obligé de sortir face à son adversaire, qui fixe et pousse sur la droite à son coéquipier, qui n’a plus qu’à mettre un plat du pied pour clore la marque (4-0). Net succès au final de la Russie, qui a été beaucoup plus inquiétée que le score ne l’indique. Encore une fois le haut niveau ne pardonne pas et la France continue d’apprendre. Espérons que la leçon soit retenue pour la Norvège, nation à ne pas prendre à la légère.

La rencontre d’ouverture avait donné le ton. La confrontation entre la République Tchèque, gros outsider de la compétition, et l’Italie, en nette progression, fut de haute intensité. Le 0-0 affiché à la pause devait principalement à l’excellente prestation des deux portiers qui ont longtemps repoussé l’échéance. Les Tchèques vont ouvrir le score sur un une-deux avant que l’Italie n’égalise dans les tous derniers instants par Costa (1-1). L’Italie a l’opportunité de s’imposer et créer la surprise à l’ultime seconde mais finalement la victoire va se décider aux tirs au but. Le choix du changement de gardien pour la séance de penalties portera ses fruits puisque les Tchèques s’imposent (3-2).

Champions d’Europe, les Biélorusses n’ont pas mis beaucoup de temps avant de trouver le rythme. A peine deux minutes de jeu, et les voilà menant au score en toute logique. Mais c’est à peu prêt tout ce que vont montrer les verts. Ambitieux dans le jeu et impressionnant de simplicité, les Kazakhs font plus que bousculer leurs adversaires. Ils égalisent fort justement d’ailleurs sur l’une de leurs nombreuses actions. Si le score n’évolue pas, les actions sont là (1-1).
C’est toute l’expérience des deniers mondialistes qui va perler en seconde période. Secoués par leur coach, les biélorusses vont accélérer après une nouvelle alerte et une déviation adverse terminant sur le poteau. Petit à petit le favori du championnat va creuser l’écart et s’imposer 3-1.

Résultats

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *